Fermer

Actualités

Une nouvelle directrice éditoriale !

02.11.20

Félicitations à Isabelle Laberge, nouvelle directrice éditoriale des Éditions MD!
Éditrice au sein de la maison depuis 2011 et dans le milieu pédagogique depuis plus longtemps encore, sa rigueur, son leadership et ses larges connaissances sauront guider les Éditions MD pour de nombreuses années.

Je lis québécois! On fait de grands livres au Québec!

27.10.20

Lancement d’une campagne de promotion collective du livre québécois dans les librairies d’ici

Le regroupement d’associations et d’entreprises du milieu du livre – l’UNEQ, l’ANEL, l’ALQ, Archambault, COOPSCO, Les Libraires, Renaud-Bray, l’ADELF et l’AQSL – est fier de lancer « Je lis québécois », une campagne publicitaire d’envergure s’adressant à toute la population québécoise qui valorisera le livre d’ici tout en stimulant l’achat dans les librairies bien de chez nous. C’est grâce à une coopération entre ces neuf acteurs influents de l’écosystème du livre, ainsi qu’au soutien financier du gouvernement du Québec, par l’entremise de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), que la campagne publiciaire « On fait de grands livres au Québec! » brillera de tous ses feux dès aujourd’hui, sous forme de bannières publicitaires, de publicités télévisuelles et de messages radios.

L’agence montréalaise Macadam a été sélectionnée par le regroupement afin d’élaborer un concept qui fait résonner les slogans : « On fait de grands livres au Québec! » et « Je lis québécois! », visant à engendrer un vif engouement pour la littérature et les écrivains.es d’ici! Sur un ton humoristique, ludique et coloré, le message est axé sur le livre québécois, un produit culturel « audacieux », « fascinant », « brillant », « hallucinant », qui peut à la fois toucher, surprendre, faire réfléchir ou émerveiller. Le choix du livre d’ici peut se faire en librairie, selon les besoins des la lecteurs.trices, qui est redirigé vers des sites commerciaux d’achats en ligne sur la page jelisquebecois.com.

Les conséquences de la pandémie sur le marché du livre sont à l’origine de cette initiative, dans un contexte où l’achat local est encouragé par le gouvernement afin de stimuler notre économie. Il n’empêche que, pendant le confinement, le livre est devenu un remède efficace à la morosité. Par cette campagne publicitaire, le regroupement désire rappeler à tous.tes la richesse de notre littérature, l’importance de soutenir la création québécoise et offrir aux lecteurs.trices la possibilité de partir à la rencontre de leurs écrivains.es favoris.tes en librairie.

« Notre gouvernement est heureux de soutenir, par son plan de relance économique du secteur culturel, cette campagne qui fait la promotion du livre d’ici. Dans le cadre de ce plan lancé en juin, une somme de 6,8 millions a été allouée à la SODEC pour bonifier les programmes existants destinés aux maisons d’édition et aux librairies agréées. Ajoutons que dans le cadre du plan de relance, un soutien de 6,5 millions a été attribué aux artistes et aux écrivains. Pour nous, il est primordial que les artisans de la chaîne du livre soient non seulement soutenus dans la poursuite de leurs activités en cette période de pandémie, mais également mis en valeur auprès des Québécoises et des Québécois. Je salue donc cette formidable initiative du regroupement et remercie la SODEC pour sa collaboration. Notre littérature contribue à forger cette identité dont nous sommes fiers, et il est important d’en promouvoir la richesse. »

Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications

14.07.20

Montréal, le 14 juillet 2020 – L’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) est sensible aux dénonciations qui prennent place dans le domaine culturel. Fidèle à ses valeurs d’équité, d’intégrité et de respect, l’ANEL encourage les relations saines et les environnements de travail exempts de violence, de harcèlement et d’abus sexuels, et ce, plus particulièrement dans l’écosystème du livre.En ce sens, l’ANEL dévoile une liste d’actions et de ressources concernant le harcèlement et les abus sous toutes leurs formes :

  • l’ANEL est solidaire avec les victimes et condamne les cas d’abus, d’agression et de harcèlement;
  • l’ANEL réunit actuellement son comité spécial sur le harcèlement, formé depuis 2017.
    À l’écoute du milieu du livre, les membres du comité veilleront notamment à préciser la position de l’ANEL contre le harcèlement dans son Code d’éthique et à favoriser les échanges sur tous les aspects liés à ce sujet. Le comité formulera des recommandations au conseil d’administration;
  • l’ANEL fera du harcèlement et des abus un des sujets de son assemblée générale, le 10 septembre prochain, afin de sensibiliser davantage ses membres et de proposer des actions concrètes;
  • l’ANEL rappelle aux éditeurs l’importance d’être à l’écoute et de se doter d’une politique contre le harcèlement, tel qu’il est déjà exigé auprès des bénéficiaires du Conseil des arts du Canada.

L’ANEL encourage les victimes à avoir recours aux services d’organismes comme L’Aparté – Ressources contre le harcèlement et les violences en milieu culturel et, pour toute urgence (24h/24h), la ligne-ressource provinciale pour les victimes d’agression sexuelle.

« C’est un privilège d’œuvrer dans un milieu aussi créatif et stimulant que celui du livre, et à l’ANEL nous avons une réelle volonté de voir tous les membres de notre secteur évoluer dans leurs réflexions et leurs actions. Les abus de pouvoir, les agressions sexuelles et le harcèlement sont inacceptables et nous les condamnons. Par leur rôle, les éditeurs doivent tisser des relations de confiance avec les créateurs, mais également avec un grand nombre d’acteurs de l’écosystème du livre. Ils ont une grande responsabilité, artistique et humaine. », explique Véronique Fontaine (Éditions Fonfon et André Fontaine), vice-présidente de l’ANEL.

« Déjà, à compter de 2017, le mouvement #metoo/#moiaussi a révélé que le milieu du livre n’était pas à l’abri des rapports de pouvoir qui rendent possibles des comportements d’abus de toutes sortes. Nous exprimions alors, et je le répète aujourd’hui, que l’éditeur a toujours eu un rôle d’éducation au sein de la société. Au fil des années, il a combattu la censure, les abus, les inégalités et a encouragé la liberté d’expression. Ce rôle doit aujourd’hui continuer, en solidarité avec les victimes, et pour changer les comportements inadmissibles. », affirme Arnaud Foulon (Groupe HMH), président de l’ANEL.

Historique

En 2017, dans la foulée du mouvement #metoo, l’ANEL a exprimé toute sa solidarité avec les victimes; elle s’est dite interpelée par cette situation et ne pas vouloir rester les bras croisés. Un comité de réflexion et de sensibilisation sur le harcèlement a été formé pour mieux comprendre la situation et trouver des pistes de solutions. L’ANEL a alors entamé un travail de sensibilisation auprès des éditeurs en faveur d’environnements de travail sains et respectueux, exempts de harcèlement. L’ANEL a joint les initiatives du milieu culturel et a signé la Déclaration pour un environnement de travail exempt de harcèlement.

Un grand nombre d’outils ont été partagés auprès des éditeurs ces deux dernières années, et ces ressources gagnent à être mieux connues :

  • le site Milieuxdetravailartsrespec-tueux.ca du Conseil des ressources humaines du secteur culturel contre le harcèlement et son site web;
  • le Code de conduite rendu public par l’Union des artistes (UDA) dans la foulée de la Déclaration pour un environnement de travail exempt de harcèlement, et valorisant les services de L’Aparté;
  • la plateforme de formation numérique pour prévenir le harcèlement dans le milieu culturel ca, réalisée par l’Inis, à la suite d’un mandat du ministère de la Culture et des Communications du Québec;
  • les programmes de la CNESST visant la lutte contre le harcèlement psychologique ou sexuel dans les milieux de travail.

À noter que cette liste de ressources n’est pas exhaustive, mais que celles-ci ont été soutenues par des partenaires du milieu. D’autres ressources pourraient s’ajouter au cours des prochains mois.

L’ANEL regroupe plus de 110 maisons d’édition de langue française au Québec et au Canada. Sa mission est de soutenir la croissance de l’industrie de l’édition et d’assurer le rayonnement du livre québécois et franco-canadien à l’échelle nationale et internationale. Les maisons d’édition membres de l’Association publient divers types d’ouvrages, du roman au manuel scolaire en passant par l’essai et le livre jeunesse. Ces maisons sont situées au Québec, en Ontario, au Manitoba et au Nouveau-Brunswick.

– 30 –

Source :
Julie Rainville, chargée des communications et de la promotion
[email protected] – T: 514-273-8130 p.233 – C: 514-593-1443


Voir le communiqué sur le site de l’ANEL : www.anel.qc.ca

Salon du livre de Montréal 2019

07.11.19

Du 20 au 25 novembre, c’est le Salon du livre de Montréal à la Place Bonaventure! Retrouvez-nous au stand # 402 (Distribution HMH). Un mois avant les Fêtes, c’est l’occasion parfaite de magasiner ses cadeaux de Noël!

Les jeunes fans de Ben entreprend ne manqueront pas de passer au stand, où une surprise amusante les attend.

Bon salon!

Salon du livre de Rimouski 2019

28.10.19

Du 7 au 10 novembre, nous serons à Rimouski! Retrouvez-nous au centre des congrès de l’Hôtel Rimouski, au stand # 59-60. Si vous habitez dans le Bas-du-Fleuve, c’est l’occasion parfaite de mettre la main sur nos livres.

Pour en savoir plus, consultez la brochure de l’événement.

Gagnant(e)s du concours « Une histoire d’hiver »

09.05.19

D’abord, bravo à tous les participants et participantes, merci d’avoir soumis vos histoires en si grand nombre. Nous avons eu un plaisir fou à tous vous lire!

La première position revient à Yasmine et son texte J’aime pas l’hiver…

Comme nous ne pouvions qu’en choisir un, deux textes coups de cœur ont reçu les mentions de Théo et de Benjamin.